Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sophie Loubière

Edition: Fleuve noir / Pocket en support poche

8.50 euros (poche)

 

Black coffeeBlack coffee

Black coffee n'est pas un simple thriller mais aussi un page-turner. Je m'explique. Ce terme emprunté au milieu musical, décrit un livre tellement haletant que vous ne pouvez le lâcher, de tourner les pages de manière fébrile et ainsi oublier tout ce qui vous entoure et ne pas voir la nuit passer. Ça vous parle? Ce thriller, aux chapitres courts, nous emmène sur la route 66 aux Etats-Unis de 1966 à 2011 (temps de la narration) sur la trace d'un serial killer (?) Sans lien apparent, une série de meurtres frappe des villes jalonnées de la mythique route depuis des décennies. Cas isolés, coincidences ou tueur en série?

L'intrigue, évidemment, est plus corsé que ça puisque l'auteure met en scène différents personnages qui gravitent autour de cette fameuse routes et donc des meurtres. Tout d'abord le premier de 1966, déclencheur de cette folie meurtrière, met en avant celui qui va devenir un des personnages principaux: le professeur Desmond Blur. Enfant rescapé du tueur, il va une fois adulte, devenir un billant journaliste et professeur à l'université. Torturé et traumatisé par cette expérience il coupe les ponts avec son père dont il tient en partie responsable du mal-être  et décès de sa mère.

Puis apparaît Lola Lombart, une française en vacances en 2007 avec son mari et ses enfants. Ceux-ci traversent les Etats-Unis via la route 66 mais un événement inattendu va bouleverser leur séjour: la disparition de Pierre, son mari. Fuite, kidnapping? Jusqu'au jour où celle-ci reçoit en 2010 un appel de Pierre.

C'est en 2011 que ces deux personnages se rencontrent et se découvrent un point commun insoupçonnable... Alors ça vous tente?

Sophie Loubière, signe ici un livre intense, intriguant et très bien ficelé. L'écriture efficace rend le lecteur accroc dès les premières pages grâce aux flash-back qui rythme le roman et induit le lecteur en erreurs. On se demande quel est le lien entre ces personnages, qu'est devenu Pierre, le mari de Lola, mais également fantasme du tueur en série ou simples meurtres? Autant de questions déroutantes qui déroulent progressivement les fils d'une intrigue calculée. Le seul reproche peut être le duo un peu prévisible que forme Desmond et Lola et un manque de relief des enfants de Lola qui auraient pu jouer un rôle plus important au sein de l'écriture. Mais qui sait, la suite White coffee peut réserver une surprise. Car oui il y a une suite puisque le roman se termine sur une ouverture des plus surprenante mais je vous rassure, la fin de celui-ci répondra à la question principale: y a t-il un tueur? et qui?  En attendant le prochain je vous propose de vous installer au coin du feu avec un thé noir brûlant, brownie au chocolat noir et noix de pécan pour un suspense à la chaleur étouffante où la route 66 exercera son magnétisme suffocant.

Black coffee
Tag(s) : #Thriller

Partager cet article

Repost 0