Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jill Alexander Essbaum

Edition: Albin Michel (broché) / Livre de poche (format poche)

Prix: 22 euros (broché) / 7.60 euros (poche)

400 pages

 

Femme au foyer
Femme au foyer
Femme au foyer

Entre immersion mélancolique et ennui au sein du couple, Femme au foyer est dérangeant. Perturbant par son inaction mais surtout par son profond aspect psychologique qui met le doigt sur un malaise que, Anna, la protagoniste principale n'arrive pas à définir. Il ne s'agit pas ici d'un roman exclusivement féminin mais il exprime le couple, les choix et les envies, le rapport d'une femme aux hommes, d'une femme à ses propre désirs. Jill Alexander Essbaum, poétesse de renom, a su mêler des questions existentielles légitimes au quotidien d'une femme au foyer en proie à un malaise grandissant. Elle aborde différents thèmes comme le déracinement, l'apprentissage d'une nouvelle langue et sa culture et donc l'incidence sur le psychisme mais aussi le rapport à la maternité.

Anna, à tout pour être heureuse: un mari, trois beaux enfants et une jolie maison. Oui mais le bonheur ne se résume pas qu'à cela et elle le sait mieux que personne. Une rencontre et un mariage rapide ont fait qu'Anna quitte son Amérique natale pour la Suisse, fief de Bruno son mari. En même temps que le changement de pays, la perte de repères et la découverte d'une culture différente, suit un enfant. Puis un autre. Mais Anna se perd dans ses rêveries, sa solitude, son ennui. Elle consulte donc un psychiatre avec laquelle elle parle de ses maigres réflexions, fait part de ses questionnements mais ne se livre jamais. Et c'est peut-être de là que vient son malaise: le mutisme. Car Anna n'a pas d'amis, se coupe du monde, ne communique pas. Elle est insaisissable.

 

"Cela ne dérangeait-il donc pas Anna de perpétuer le stéréotype de la femme fragile et soumise? De s'apercevoir que hormis sa façon de s'habiller et de parler et la présence d'un portable dans son sac, peu de choses la différenciaient des femmes qui avaient vécu cinquante, soixante-dix, cent ans plus tôt? Elles ne conduisaient pas ni n'avaient de compte en banque, elles non plus. Ne comprenait-elle pas qu'elle pouvait être ce qu'elle voulait? Ne pensait-elle pas qu'elle avait la  responsabilité d'être quelque chose?"

 

Divisé en trois parties, septembre, octobre, novembre, le roman est une spirale de sentiments et de ressentiments inavoués. En jouant sur des digressions entre entretien avec le psy, scène du passé et de la vie quotidienne, l'auteur dresse un portrait décoloré de son personnage. Anna ne sait pas elle même d'où provient cette mélancolie, ce qui la provoque, alors elle se réfugie dans les aventures où le sexe prédomine sur l'amour. Expiatoire, elle enchaîne les liaisons, s'enfonce dans les mensonges, se raccroche et se débat et n'aspire qu'au réveil d'un jour meilleur qu'elle ne sait pas ou ne veux pas provoquer. Anna est prisonnière d'elle même, de ses désirs et des conventions.

 

"Anna aimait le sexe sans l'aimer. Anna avait besoin du sexe sans en avoir besoin. Sa relation avec le sexe était un partenariat compliqué issu de sa passivité tout autant que de son indiscutable désir d'être distraite. Et désirée. Elle désirait être désirée."

 

Rythmé par l'apprentissage du suisse allemand, l'accord des verbes et autres réjouissances grammaticales, la culture démontre l'état d'esprit du personnage sur sa vie quotidienne. La protagoniste souffre d'une culture différente, d'un pays et d'une population rigide où le conformisme et l'attitude est en totale contradiction avec elle, ce qui la pousse dans ses retranchements et ses incompréhensions. L'auteur signe un roman délicat et subtil quoique un peu long et décousu. Malheureusement quelques lacunes de traduction perturbe la lecture et m'a de temps en temps laissé perplexe. J'ai retrouvé pour ma plus grande joie, dans un autre style, un peu de Madame Bovary dans ce personnage. Jill Alexander Essbaum a su retranscrire grâce à une plume intense la langueur et le mystère évanescent d'une femme malheureuse. A lire un après-midi pluvieux au son d'un cannelé craquant et d'un chocolat brûlant.

Femme au foyer
Tag(s) : #Littérature américaine, #Sélection Prix des lecteurs Poche 2017, #Littérature étrangère

Partager cet article

Repost 0