Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cynthia Bond

Edition: Bourgois (broché) / Le Livre de Poche (poche)

Prix: 22 euros (broché) / 7.90 euros (poche)

416 pages

Ruby
Ruby

Naître dans la petite bourgade de Liberty dans le sud des Etats-Unis dans les années 30 ne devait pas être chose aisé, mais y grandir quand on est un enfant noir l'est encore plus. C'est le décor qu'utilise Cynthia Bond pour aborder une multitude de sujets graves dans son roman âpre, dur et violent où l'amour a du mal à se faire une place. Tel un conte horrifique, l'auteure distille un mysticisme grandissant tout au long du roman, peut-être pour excuser la barbarie de certaines scènes, et introduire la superstition encore présente dans quelques lieux reculés. L'histoire de Ruby n'est que fureur, colère mais surtout l'expression du racisme, du misogysme et de la religion.

Ruby n'est qu'un bébé lorsque sa mère quitte Liberty pour tenter sa chance à New York. Celle-ci grandit auprès de ses grands-parents qui, à l'âge de six ans, croit l'envoyer travailler la semaine auprès d'une gentille femme blanche qui parfait son éducation. Mais Ruby est éduquée à tout autre chose. En étant la proie des regards des autres durant son enfance, Ruby n'a pas conscience de cette beauté qui peut lui être fatale. Etre belle et noire est la promesse d'un avenir incertain où le danger l'attend à chaque tournant. Le monde est cruel et les hommes encore plus.

 

"Chauncy Rankin ne pouvait pas savoir qu'il n'était qu'une cendre dans son oeil égaré (...) Pour Ruby, les hommes représentaient un petit désagrément  dont elle attendait qu'il termine. Il suffisait de garder les membres inertes et les yeux vides, comme elle faisait depuis qu'elle avait quinze ans. Depuis qu'elle avait douze ans, Sept ans, Six ans, Cinq ans. Lorsque le premier homme avait déchiré sa culotte de coton en lui expliquant que c'est ce qui arrive aux très vilaines petites filles. Lorsque le premier homme avait dit avec un grand sourire: Faut bien te dresser..."

 

Ephram Jennings n'a jamais oublié cette petite fille dont il est tombé amoureux enfant. Un peu simplet, l'enfant devenu homme voit revenir après sa fuite vers New York, une Ruby devenue femme mais dont la santé mentale va vite défaillir. Observateur depuis dix ans de la déchéance physique et psychologique de son amie, Ephram décide contre toute attente de lui apporter un gâteau. La raison est en chemin et l'amour sous l'apparence de gourmandise. Alors que Ruby est perdue dans un monde d'esprits, le corps meurtrie, Ephram n'est que douceur et bienveillance. Ces deux personnages vont se jauger, s'observer pour peut-être se domestiquer. Qui aurait dit que ce simple geste allait attirer les foudres de ses habitants?

Ecrasés par un héritage spirituel fait de superstitions vaudous, Liberty est la quintessence de ce que le monde peut offrir de mal. Sous l'apparence d'un bourg où l'église est importante le diable l'est encore plus. L'odeur des pins rappel à Ruby les nuits de sacrifices à la lueur d'un feu entouré d'hommes aux regards fous, Liberty représente la sexualité dont on l'a affublé, conserve les fantômes assassinés par tout homme blanc ou noir. Car le mal n'a pas de couleur mais une volonté de nuire.

Cynthia Bond utilise l'idée de reproduction des actes barbares en tant que transmission d'une génération à l'autre. L'idée qu'un acte isolé ne l'est pas et engendre forcément des répercussions dans une intention de détruire. L'auteure oscille tout du long entre une atmosphère étouffante, asphyxiante, pénétrante où l'on ne sort indemne d'une telle violence. Ceci n'est pas un énième livre qui dénonce le racisme mais un roman complexe à la recherche d'une explication aux déchainement des événements, de la haine des hommes envers les femmes.

De premier abord difficile par ses ruptures spatio-temporels et ses images spirituelles, la romancière signe un roman puissant et intelligent dont la lecture révèle des scènes de plus en plus insupportables comme pour nous mettre à l'épreuve de l'indicible. Mais l'amour, cette petite lueur qui brille au creux de ces deux personnages va se révéler être leur salut, une revanche sur la vie. Malgré la lenteur du récit, Cynthia Bond sait exactement ce qu'elle fait en tissant cette toile vers laquelle glisse doucement mais sûrement le lecteur qui n'est pas au bout de ses surprises. Le partage de cette lecture ce fera au goût d'un gâteau ti'son et d'un thé glacé pour palier à la chaleur oppressante de l'enfer...

 

Ruby
Tag(s) : #Littérature étrangère, #Littérature américaine, #Sélection Prix des lecteurs Poche 2017

Partager cet article

Repost 0