Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wendy Walker

Edition: Sonatine (broché) / Pocket (poche)

Prix: 21 euros (broché) / 7.80 euros (poche)

404 pages

 

Tout n'est pas perdu
Tout n'est pas perdu

Le cerveau est une machinerie bien étrange et complexe surtout lorsqu'il est victime d'importants traumatismes. A la poursuite d'instants de vérités du psychisme humain, Wendy Walker à travers une recherche approfondie sur les méandres de la mémoire, nous invite à partager celle de Jenny Kramer. Via le psychiatre Alan Forrester, elle nous entraîne au sein d'une famille frappée par un drame qui va révéler les personnalités, les failles et les forces de chacun.

A Fairview dans le Connecticut, un instant volé vient perturber la ville apparente calme et agréable. Jenny Kramer, seize ans est victime d'un viol sauvage dans les bois non loin d'une fête où elle était invitée. Ecorchée dans sa chaire, la jeune fille est retrouvée à moitié inconsciente, traumatisée, oscillant entre sidération et cris étouffés.  Afin de soulager rapidement la patiente, les médecins proposent à ses parents, Charlotte et Tom, de procéder à un "effacement de la mémoire" afin d'atténuer ses souffrances. Jenny n'aura aucun souvenir de son agression, ou presque. Evidemment ce type de manipulation psychique est toutefois discutable mais que feriez-vous à leur place? Préférez-vous oublier et donner une chance de vivre une vie "normale" ou affronter la vérité et subir les conséquences d'un tel traumatisme toute une vie? C'est le dilemme auquel va être confronté toute une famille. Partagés, ces parents vont faire le choix de protéger leur fille en lui permettant d'oublier. Mais est-ce le bon choix?

 

"Nous sommes tous fascinés par les incidents sordides, par la violence et l'horreur. Nous faisons semblant de ne pas l'être, mais c'est dans notre nature. L'ambulance au bord de la route, les voitures qui ralentissent pour apercevoir le corps d'une victime. Ça ne fait pas de nous des personnes mauvaises."

 

Malheureusement si le traitement semble fonctionner, Jenny ne semble pas pour autant guérir de ses blessures émotionnelles internes. La mémoire effacée laisse des séquelles profondes sur ses émotions pour la conduire à l'irréparable. L'intervention du psychiatre Alan Forrester, spécialiste des chocs post-traumatiques, va alors venir en aide à cette famille d'apparence unie pour dénouer les fils de leur vie. En aidant Jenny à regagner sa mémoire ne va-t-il pas s'embourber dans une enquête et réveiller de vieux démons? En se succédant dans le cabinet du médecin, chaque protagoniste se livre et règle ses comptes d'abord avec eux-même puis les membres de leur famille. Mais le psychiatre a-t-il toujours de bonnes intentions? N'a-t-il pas un rôle à jouer dans ce drame? Chacun se dévoile avec de faux semblants, se jauge et se trahit. Mais une chose est sûre, la manipulation court mais qui en tient les rênes?

 

"Personne, aucun d'entre nous, ne montre à qui que ce soit tout ce qu'il est. Et si vous croyez l'avoir fait, alors posez-vous ces questions: Avez-vous déjà fait semblant d'aimer un plat infect cuisiné par votre femme? Ou dit à votre fille qu'elle était jolie dans une robe immonde? (...) Avez-vous déjà dit à quelqu'un que tout irait bien quand vous saviez que ce ne serait pas le cas? Je sais que vous l'avez fait. Mensonges pieux, mensonges éhontés, un million de mensonges un million de fois chaque jour, partout, par chacun d'entre nous. Nous cachons tous quelque chose à quelqu'un."

 

En utilisant le psychiatre comme fil conducteur du thriller, Wendy Walker met une certaine distance entre le lecteur et la famille de la victime. Astucieusement elle le place en spectateur puisqu'il utilise durant tout le roman la première personne du singulier et maitrise parfaitement le déroulement de l'histoire telle qu'il veut nous la raconter. Tout d'abord en tant que médecin empathique, au service d'une famille troublée où les secrets sont profondément enfouis. Il explique le fonctionnement de la mémoire et le but d'une telle thérapie. Puis il bascule dans une certaine intimité en nous immergeant dans sa propre famille, ses propres démons, pour dévoiler un aspect plus sombre de sa personnalité où la manipulation devient un instrument au prix de la tourmente.

Malheureusement les explications psychologiques et les nombreuses digressions suffisent à embrouiller parfois le lecteur et rendre le roman un peu ennuyeux. Le rythme lent et la situation presque en vase clos confère à une atmosphère de plus en plus délétère et anxiogène. On oublie parfois l'objectif de retrouver le coupable pour percer à jour la psychologie des protagonistes et surtout celle de ce fameux psychiatre. Avec une fin plus que surprenante, l'auteure à su créer un thriller psychologique non pas basé sur une simple intrigue mais plutôt sur les doutes. Documenté avec soin, Wendy Walker décrit avec minutie et justesse les sentiments et les traumatismes qui jalonnent la vie pour souligner les perversions humaines. Evidemment je ne peux terminer ce billet sans une gourmandise appropriée, qui aujourd'hui, est un brownie choco sésame et un long café noisette pour une nuit sans sommeil.

 

 

 

Tout n'est pas perdu
Tag(s) : #Thriller psychologique, #Littérature étrangère

Partager cet article

Repost 0