Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tobie Nathan

Edition: Stock (broché) / Le Livre de Poche

Prix: 22.50 euros (broché) / 8.30 euros (poche)

576 pages

Ce pays qui te ressemble
Ce pays qui te ressemble
Ce pays qui te ressemble
Ce pays qui te ressemble

Une fresque historique teintée de mysticisme, d'ésotérisme et de tradition ça vous tente? Et bien moi ça m'a bien plu, tout d'abord par la qualité des détails qui sont autant de bijoux qui ornent une parure mais aussi par le style apparenté à un conte. Entre Les Mille et une nuit et le roman historique, on oscille à travers un dédale de personnages autant que de lieux, de ruelles qui dépaysent. Mais parfois un peu trop justement.

Riche roman historique débutant dans les années 20 jusque dans les années 50 au Caire en Egypte, Tobie Nathan nous narre l'histoire d'une famille juive à l'ombre des ruelles crasseuses du ghetto. Il met en scène deux êtres amochés, Esther une jeune fille folle et Motty l'aveugle, dont l'amour en plus du mariage est un don du ciel. Considérée comme sorcière, Esther se sert du mysticisme ambiant pour aider sa famille et amis tout comme pour prévenir les préjudices. Malheureusement après sept années de mariage, toujours aucun enfant ne vient solidifier son mariage. Elle se tourne alors vers une sorcière arabe qui lui promet une progéniture après de multiples rituels. Quelques mois plus tard né Zohar, bébé chétif qui lutte pour survivre. Esther au seins secs ne peut le nourrir et fait donc appelle à une danseuse arabe Jinane qui vient d'accoucher d'une fille, Masreya. Cette mère nourricière au lait abondant s'installe donc dans le quartier juif pour nourrir ces deux petite êtres "frères et soeurs de lait". Unis à vie, ces deux enfants grandiront chacun de leur côté pour se retrouver et tomber amoureux. Mais il est interdit pour eux de s'aimer. En grandissant leur esprit s'échauffe tout comme l'Egypte aux mains des Britanniques. La seconde guerre mondiale éclate, le siège du roi est menacé, le peuple gronde...

 

"- Les enfants naissent de la victoire sur les forces du mal. Si la médecine des Juifs n'a pu libérer l'enfant qui t'est destiné, peut-être celles des Arabes parviendra-t-elle à ouvrir ton ventre... (...) Il lui était souvent arivé de penser: "Nous vivons près des Arabes comme un homme vivant près de son foie. Leur Coran contient nos histoires et notre bouche est remplie de leur langue. Pourquoi ne sont-ils pas nous? Pourquoi ne sommes-nous pas eux? " "

 

En créant une atmosphère mystique dans la première partie où la magie est omniprésente , l'auteur met savamment en avant un mélange de religion,de tradition et d'ésotérisme. Tous ces éléments constituent le quotidien des familles pauvres de ces ruelles et s'incrustent dans leur peau depuis plusieurs générations. De plus il nous éclaire sur l'identité Egyptienne constituée de juifs, de musulmans, de coptes...et insiste sur cette unité malgré le communautarisme. Dans la deuxième partie, il met l'accent sur la modernité de l'Egypte et l'influence de la domination Britannique avec une volonté de s'occidentaliser. Néanmoins la monarchie régie ce monde pour osciller entre héritage et révolution. Entre mort d'un passé colonial, naissance d'un avenir islamisé, Tobie Nathan réussi à jongler avec l'histoire pour nous raconter à travers cette étonnante histoire d'amour, le folklore, la religion, l'histoire d'un pays aux parfums enivrants et au goût de miel.

 

"Tofa'ha, la plus jeune tante, qui s'était prise d'une véritable affection pour Jinane, demanda au rav Mourad de lui confectionner l'amulette des accouchées, destinée à écarter Lilith, cet nage féminin de la mort. (...) "Voyons on ne peut pas lui confectionner une amulette juive; elle est musulmane!", les femmes poussèrent un cri de consternation: "Et pourquoi?", d'une seule voix. "Alors, les diables, les sorciers et les microbes examinent la foi de la personne avant de l'attaquer?" "

 

J'ai beaucoup aimé la première partie à l'ambiance allégorique, aimé l'histoire d'Esther et Motty mais aussi les digressions sur la vie des autres personnages qui gravitent autour comme Jinane, la danseuse. Toutefois, les superstitions et rituels prennent parfois une part trop importante et peuvent finir par ennuyer. J'ai beaucoup appris non seulement sur le peuple Egyptiens mais aussi sur son mode de vie alors que dans la seconde partie, l'Histoire et ses complexités prennent le dessus et m'ont permise de mieux comprendre sa société actuelle. Il est très agréable et enrichissant de discerner les rouages d'une époque pour en appréhender une autre. Je comprends beaucoup mieux aujourd'hui l'influence des Frères musulmans à la suite d'événements malheureux.

 

" - Il te faut comprendre, mon frère, si tu veux nous rejoindre. Notre amour de la mort, c'est la présence de Dieu. Tel est l'enseignement du Prophète. Et il répéta: - Tu dois aimer la mort! Nino  restait perplexe. La mort est une éventualité pour n'importe quel combattant. On tâche de l'éviter, de s'en protéger. On peut certes désirer la mort de son ennemi; on peut même tout mettre en oeuvre pour le tuer... Mais que signifie "aimer la mort"? "

 

J'ai donc apprécier cette lecture malgré quelques longueurs et digressions parfois complexes. Mais si l'Histoire était facile ça se saurait non? Entre chute et naissance de deux mondes, naissance et fin d'un amour et d'amitiés sincères, je conseil ce roman pour le sortilège qu'il émet sur notre esprit accompagné, évidemment, d'un thé noir épicé et d'une tranche de cake au citron/pavot. Miam !

Ce pays qui te ressemble
Tag(s) : #Sélection Prix des lecteurs Poche 2017, #Littérature étrangère

Partager cet article

Repost 0