Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le plus fou des deux - Sophie Bassignac

Editions : JC Lattès

Prix : 19 euros

Où ? : Editions JC Lattès / lalibrairie.com

239 pages

Service de presse Lecteurs.com

"Donnez-moi une bonne raison, une seule, de ne pas me suicider cette nuit !", annonce Alexandre Lanier à Lucie Paugham avant de sortir de la salle de cinéma. Inconnus jusqu'alors, le mystérieux homme et la marionnettiste vont au cours des semaines suivantes créer un étrange lien, entre regards dérobés et curieuse distance. Lui proposant l'important rôle de récitant pour son prochain spectacle, Lucie ne s'attendait certainement pas à bouleverser son quotidien. Qui est donc cet homme au regard fuyant et au goût du secret excessif ? Perdant peu à peu le contrôle, Lucie remonte le fil de ses souvenirs et de ses émotions jusqu'au suicide de son père des années plus tôt. Dans un jeu du chat et de la souris un peu malsain, Sophie Bassignac nous plonge avec intensité dans la passion artistique d'une femme au carrefour de sa vie. Pas mal !

De quoi ça parle ? 

Lucie Paugham, marionnettiste, est une véritable artiste. Passionnée par cette discipline qui lui a permise d'éradiquer son bégaiement pendant l'enfance, celle-ci est une virtuose dans son art. Oubliez Guignol ou autre spectacle enfantin, non, ici il s'agit d'un sujet grave où Théodora, marionnette fétiche de Lucie, laisse exprimer toute sa grâce une fois sur scène. Alors quand le soir du 31 décembre au détour d'une salle de cinéma déserte, un homme la met au défi de l'empêcher de se suicider, elle ne sait comment réagir ! Charmée par sa voix profonde, celle-ci lui propose simplement de devenir son récitant pour son prochain spectacle. Débute une relation pour le moins délétère entre les deux individus. 

Face à un Alexandre mutique et distant, Lucie ne peut s'empêcher de penser à son père suicidé. Au fur et à mesure du malaise grandissant, la marionnettiste perd peu à peu le contrôle de sa vie familiale et artistique, jusque-là cadrée par un joyeux bordel. 

A la loupe

Une chose est sûre, Sophie Bassignac à l'art d'intriguer son lecteur dès les premières pages ! En mettant en scène l'étonnante rencontre entre Lucie et Alexandre, l'auteure distille un vent de mystère tant autour des personnages que sur la rigueur artistique de la protagoniste. L'univers des marionnettes m'étant inconnu, j'ai suivi avec intérêt les explications et précisions de cet art si méconnu. Mais ce qui interpelle, c'est tout d'abord la rigueur avec laquelle Lucie exerce son métier, pense ses spectacles et quadrille sa vie. L'élément Alexandre Lanier sera-t-il le grain de sable qui enrayera la machine ? 

De la manipulation des fils à celui des êtres fait de chaire et de sang il n'y a qu'un pas. De la foudroyante fourberie d'Alexandre qui laissera un temps Lucie désemparée, la perte de contrôle est la plus déstabilisante pour la marionnettiste. De cette perte surgit le désir de vengeance...

Autour de cette vengeance, gravite d'autres thèmes finement abordés par l'auteure. Ainsi, Sophie Bassignac pose la question de la reconnaissance artistique, du deuil ou encore des relations familiales complexes face au suicide. Lucie a-t-elle enjolivé ses souvenirs d'enfant suite au suicide de son père ? Quelles traces restent-ils une fois adulte ?  

Ecrit à la première personne, j'ai néanmoins senti une distance volontaire de la part de l'auteure en début de récit . Puis, à mesure que la protagoniste remet en question son quotidien, la distance s'estompe pour révéler une proximité nouvelle ainsi qu'un personnage plus charmant. De la complexité des personnages, l'intelligence du récit n'en est que plus fort cependant, je ne peux m'empêcher d'être un peu déçue, m'attendant à plus de noirceur et de sournoiserie. Sans doute m'étais-je fait une idée préconçue du roman avant son ouverture. Dommage pour moi ! Un bon roman tout de même. 

Merci donc à Lecteurs.com et aux éditions JC Lattès pour cette lecture enrichissante, me faisant découvrir une auteure inconnue de mon champ littéraire. Chouette !

Trève de blabla

Pourquoi lire ce roman ? Pour qui ?

  • Pour les amateurs de littérature française.
  • Pour les amoureux de l'art.
  • Pour l'intelligence du scénario.
  • Pour la complexité des personnages.

Lecture conseilléeDeux soeurs, David Foenkinos

Un livre, une pâtisserie !

Arrivant à grand pas en fin d'année et le roman débutant justement à cette période, le pain poire-raisins secs aux épices tombe à pic ! Un peu sec comme le cœur de nos protagonistes, épicé comme leur esprit, ce cake doré à souhait, se dégustera à merveille avec un brûlant chai latte. Cousin du pain d'épice, on lui conférera un peu de douceur grâce à la poire qui ne sera pas sans rappeler l'étonnant retournement de situation en fin de roman. Mais ne comptez pas sur moi pour révéler quoi que ce soit ! 

Sophie Bassignac
Sophie Bassignac

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article