Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du côté de la blogosphère #6

Hormis les nombreux livres qui peuplent mes étagères, je lis également différentes chroniques de blogs qui me donnent envie, ou pas, de me procurer ou sortir certains ouvrages de ma bibliothèque. Aujourd'hui, je ressors de mon dossier ces articles qui à travers l’enthousiasme et les arguments de ses blogueurs, m'ont séduite. Voici donc cinq critiques qui ont fait palpiter mon p'tit cœur de lectrice, espérant qu'ils provoqueront le même état d'excitation que moi et contribueront peut-être, à augmenter de quelques centimètres votre PAL. Attention, cette édition compte cette fois-ci une critique négative très bien argumentée ! Place donc à ces tentateurs livresques qui, chaque jour, me font découvrir des romans ou des auteurs dont j'ignorais l'existence. Vive les blogueurs !

Que font deux gamines en plein hiver dans une des plus sauvages forêts des Highlands, à des kilomètres de la première ville ?

Sal a préparé leur fuite pendant plus d’un an, acheté une boussole, un couteau de chasse et une trousse de premiers secours sur Amazon, étudié le Guide de survie des forces spéciales et fait des recherches sur YouTube. Elle sait construire un abri et allumer un feu, chasser à la carabine. Elle est capable de tout pour protéger Peppa, sa petite sœur.

Dans le silence et la beauté absolue des Highlands, Sal raconte, elle parle de leur mère désarmée devant la vie, de Robert le salaud, de la tendresse de la sorcière attirée par l’odeur du feu de bois, mais surtout de son amour extraordinaire pour cette sœur rigolote qui aime les gros mots et faire la course avec les lapins.

Malgré un avis en demi-teinte, je tenais à partager la sélection lecture de Bénédicte, blogueuse du très beau et intéressant Au fil des livres. Pourquoi ? Bien qu'elle n'est pas été totalement convaincue par ce roman, cette lectrice aguerrie m'a touché par ces mots et sa franchise. Alors merci Bénédicte pour ce retour qui a le mérite de me faire découvrir un livre qui avait échappé à mon radar livresque ! 

enlightened Découvrir Au fil des livres...

Tempête de neige à New York : un agent du FBI est tué par un sniper. Incapables de comprendre d’où le tir est parti, les enquêteurs se tournent vers le seul homme qui puisse résoudre l’énigme, Lucas Page. Ce professeur d’astrophysique, Asperger de haut niveau, a quitté le FBI dix ans plus tôt, gravement blessé. Mais son talent surnaturel pour décrypter les scènes de crime est intact. Il se lance dans l’enquête alors que le serial sniper frappe et frappe encore…

 

"Je ne suis pas un lecteur inconditionnel de thrillers mais quand c’est bien fait, je prends. City of Windows n’est pas seulement bien écrit et construit, c’est un roman étourdissant qui vous prend à la gorge et ne vous lâche plus. Robert Pobi n’écrit pas beaucoup mais quand il le fait, il frappe fort et se permet tous les coups. En plus, City of Windows marque le début d’une nouvelle série et ça, c’est franchement une toute bonne nouvelle."

Je ne sais pas vous, mais après avoir lu ça, je ne peux qu'être intriguée et emballée ! Convaincant, Jack is back again, blog spécialisé dans le noir, le suspense et autres perturbations sanguinaires et psychologiques, donne le ton concernant ce roman dont j'ignorais l'existence jusqu'à présent. "Cash et sans appel" selon le blogueur, ce thriller tient apparemment toutes ses promesses et plus encore alors pourquoi se priver ? 

enlightened Pour découvrir le blog Jack is back again, c'est par ici...

Un hôtel somptueux, caché dans les nuages.
Des intrigues à tous les étages.
Et au milieu de tout cela, Fanny, une jeune stagiaire de 17 ans.
Comme le reste du personnel, elle a fort à faire pour offrir aux clients un séjour exceptionnel en cette fin d’année.
Elle est loin de se douter qu’elle va bientôt se retrouver au beau milieu d’une aventure périlleuse.
Elle est loin de se douter qu’elle risque non seulement de perdre son emploi, mais aussi son cœur.

Bon, avant tout je vous préviens directe, il s'agit d'une critique très négative du livre. Mais au-delà du coup de gueule, j'ai beaucoup aimé l'humour avec lequel elle le fait. Avec naturel et sans pincette, la blogueuse de My dear Ema expose ses arguments avec une franchise et un sarcasme déroutant. Si le décor du roman est plaisant, le fond est...inexistant. Rien que ça ! Place à cette drôle de chronique en cliquant ici. 

enlightened Le blog My dear Ema, c'est par ici...

Début du XXè siècle, quelque part en Europe centrale. La jeune Ada vit seule avec son père, un bûcheron aussi rustre qu'autoritaire. Le talent et la curiosité de la fillette pour la peinture ne font qu'attiser la colère et le mépris du père. Consciente que l'affrontement n'est pas une option, Ada fait mine de se soumettre à l'autorité paternelle, pour mieux, secrètement, s'adonner à sa passion.
Pour autant, l'orage se prépare au loin et il sera difficile d'y échapper.

Avec pour conclusion "Des dessins tels des tableaux, une histoire terrible et bouleversante, une héroïne inspirante et forte. Cette lecture me marquera longtemps", je ne pouvais m'empêcher de partager cette BD. Découverte sur le très bon blog My Pretty Books, cette bande dessinée au peu de texte mais dont les planches "sont d'une beauté vraiment rare" semble avoir la capacité de transporter son lecteur dans un univers particulier, comme le décrit si bien la blogueuse. C'est pourquoi je vous invite donc à lire la très jolie chronique de My Pretty Books en cliquant ici. 

enlightened Blog My Pretty Books

« Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec La Comédie humaine, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac. »

Tout le monde connaît Balzac, mais bien souvent son nom reste associé aux bancs de l’école. Avec la drôlerie qu’on lui connaît, Titiou Lecoq décape le personnage. Elle en fait un homme d’aujourd’hui, obsédé par l’argent, le succès, l’amour, dans un monde où le paraître l’emporte sur le reste. Sous sa plume, ce géant de la littérature devient plus vivant que jamais.

 

Avec chaleur et enthousiasme, Blandine du blog VivreLivre m'a totalement convaincu de l'importance de l'ouvrage de Titiou Lecoq. Bien que n'ayant jamais lu Balzac (oui je sais, honte sur moi !!!), j'aime cette approche non-conventionnelle de rendre un écrivain accessible. Ou comment dédramatiser et insuffler un peu de légèreté dans ces vieilles figures et lettres françaises. Et si Blandine s'est esclaffée lors de la lecture de cette biographie, je ne dis pas non moi aussi à quelques heures de rigolades en plus d'une tête un peu mieux remplie ! 

enlightened C'est par ici pour le blog VivreLivre... 

Un article de la blogosphère t'a convaincu ? Envie de partager vos coups de cœur ? N'hésitez pas à commenter cette chronique et vous abonner à la newsletter pour connaître tous mes coups de cœur littéraires ! 

A bientôt pour un nouveau billet livresque et n'oublie pas, un livre, une gourmandise !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Pour ma part, si je devais me laisser tenter, ce serait certainement pour City of Windows !
Du coup je me permets d'aller de mon petit conseil perso, dans un genre très différent, celui de l'essai scientifique d'anticipation, avec La Mort de la Mort de Laurent Alexandre.
L'article que j'y ai consacré sur mon blog : http://www.moleskine-et-moi.com/2020/07/523.la-mort-de-la-mort.html
Répondre
L
Merci pour ce commentaire et cet intéressant article à propos de Laurent Alexandre. J'avoue que je ne connaissais pas du tout ce médecin/personnalité. Malgré le personnage controversé, son dernier essai attise la curiosité. Merci pour cette découverte ! ;-)