Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du côté de la blogosphère #10 : féminisme

À l'approche du 8 mars, donc de la journée internationale des droits des femmes, je me suis penchée vers les conseils lectures (et pas que !) de mes copains et collègues blogueurs. Féministe dans l'âme, cette chronique est l'occasion pour moi d'ouvrir le débat, de découvrir et vous faire découvrir des livres qui traitent de ce sujet brûlant d'actualité. Mars, mois consacré au féminisme n'est évidemment qu'un prétexte pour embrayer la machine égalitaire qui elle, se poursuit heureusement tout au long de l'année. Car si les sexistes et les misogynes ne prennent congé, pourquoi le ferions-nous ?
À l'heure où les confinements exacerbent les violences conjugales, où la parole des victimes d'abus est encore remise en doute, pire décriée, à l'heure où la représentation des femmes est encore bancale, une arme est mise à disposition : le livre. Essais, manifestes, romans, BD... les supports ne manquent pas pour bousculer les consciences, les féminismes (parce que évidemment, il n'y a pas qu'un féminisme !) ouvrant la voie à une remise en question d'un modèle sociétal qui depuis trop longtemps perdure. Je sens que certaines PAL vont augmenter... 

 

1 livre / 2 articles

Le Mal-épris, Bénédicte Soymier (éd. Calmann Levy)

 

Paul est amer. Son travail à la Poste est répétitif, il vit seul et il considère que ses traits d'une laideur accablante sont une entrave à son bonheur. Pourtant, lorsque Mylène emménage sur le même palier, Paul se sent renaître et, amoureux, multiplie les attentions à l'égard de la jeune femme qu'il finit par séduire, pour une seule et unique nuit.
Lorsqu'elle l'éconduit, Paul craque.

Le mot du blogueur (blog Collection de livres) : "En creusant jusqu’au racines de la violence conjugale, elle réussit un roman fort, qui touche au cœur."

Le mot de la blogueuse : (blog Fury & fracas) : "Le Mal-Epris est une lecture qui prend aux tripes. Les mots nous tiennent, nous entraînent jusqu’à nous couper la respiration, dans l’attente de la rupture, du premier coup."

 

Découvert dans un premier temps sur le blog Collection de livres dont le résumé était alléchant, c'est à travers les mots de la blogueuse de l'excellent Fury & fracas que mon cœur a définitivement penché. Avec force et sensibilité, les deux blogueurs ont su apprécier un roman dur néanmoins lucide sur les mécanismes des violences faites aux femmes. Convaincue, et vous ? 

💡 Lien blog Collections de livres.

💡 Lien blog Fury & fracas.

Le ladies football club, Stephano Massini (éd. Globe)

Comment est né le football féminin en Angleterre ? Par ce hasard qui ne fait jamais rien au hasard.

Le 6 avril 1917, à la pause déjeuner de l’usine de munitions Doyle & Walkers, à Sheffield, Royaume-Uni, Violet Chapman, ouvrière, prise d’une inspiration subite, donne un coup de pied dans l’espèce de balle qui se trouve au milieu de la cour en brique rouge de 330 pieds de long par 240 pieds de largeur.
Aussitôt, les dix autres femmes présentes lâchent leurs casse-croûtes et sautent du muret où elles étaient assises en rang d’oignons pour se mettre à courir elles aussi.
Ce simple coup de pied aurait pu les tuer. Car la balle est un prototype de bombe légère destinée à calculer la trajectoire de chute, avant de massacrer l’ennemi. Mais la bombe n’explose pas. C’est leur cœur qui le fait. Ce coup de pied vient de leur sauver la vie, à toutes.
Elles jouent pendant plus d’une demi-heure.
Et recommencent le lendemain. Et encore, et encore.
Jusqu’à jouer dans un vrai stade, jusqu’à affronter des professionnels !
Jusqu’à ce que les hommes – patron, chéris, papas – mettent leur veto à cette passion, à cette obsession, à cette libération.

 

Le mot de la blogueuse : "Ce qui frappe dès les premiers mots de cette épopée historique c’est la forme littéraire choisie par Stefano Massini. Comme un chant qui se répète pour marquer les esprits et la force de ces ouvrières, le livre en vers propose un moment hors du temps de guerre pour se concentrer sur ces femmes que l’écrivain a voulu rendre uniques."

Couverture colorée, résumé attrayant, édition inconnue, vous pensez bien que mon attention a immédiatement été attirée par l'article du blog Mes pages versicolores ! Onze femmes, qui par acte de résistance, frappent dans le ballon rond, ça valait bien un article tout de même. 

💡 Le lien vers Mes pages versicolores, c'est par ici... 

Résine, Elodie Shanta (éd. Ville brûle)

Résine est accusée d'être une sorcière. Avec son compagnon Claudin, ils s'enfuient et commencent une nouvelle vie à Floriboule. Mais leur arrivée va être à l'origine de nombreux problèmes : accusations infondées, procès en sorcellerie, confrontation avec des villageois sexistes et obscurantistes. On retrouve dans Résine l'univers fantastico-médiéval, l'humour et la douceur d'Elodie Shanta, ici au service d'un récit incisif et de problématiques plus graves, telles que le sexisme, le harcèlement et les violences faites aux femmes.

Le mot de la blogueuse : "Les sujets abordés (...) invitent à la réflexion sur la différence, sur les regards et les jugements, sur la solidarité et la sororité, sur les violences faites aux femmes."

 

Comme le souligne Bénédicte du blog Au fil des livres, l'album peut sembler simpliste de par ses dessins enfantins (rien de péjoratif, au contraire !) et ses couleurs pastel, mais l'autre force de Résine réside à travers des sujets plus qu'actuels. 

💡 Pour découvrir Au fil des livres, clique ici ! 

Fille, Camille Laurens, (éd. Gallimard)

FILLE, nom féminin
1. Personne de sexe féminin considérée par rapport à son père, à sa mère.
2. Enfant de sexe féminin.
3. (Vieilli.) Femme non mariée.
4. Prostituée.

Laurence Barraqué grandit avec sa sœur dans les années 1960 à Rouen.
"Vous avez des enfants? demande-t-on à son père. – Non, j’ai deux filles", répond-il.
Naître garçon aurait sans doute facilité les choses. Un garçon, c’est toujours mieux qu’une garce. Puis Laurence devient mère dans les années 1990. Être une fille, avoir une fille : comment faire ? Que transmettre ?

 

Le mot de la blogueuse : "Camille Laurens ne perd jamais de vue la sincérité de ses émotions, tout est subtilement décortiqué pour vous faire réfléchir sur votre identité et celle des autres.
A lire, immense coup de cœur."

 

Avec douceur, Agathe the book pose le décor du dernier roman de Camille Laurens et s'interroge sur la condition féminine d'aujourd'hui. 

💡 Article à retrouver sur le blog Agathe the book

Virginia Woolf, Viviane Forester (Albin Michel)

Chatoyante et fragile, désopilante et meurtrie, voici Virginia Woolf dans le récit bouleversant donné par Viviane Forrester.

La présence de Virginia nous fait trembler d'émotion, souvent ployer de rire, parfois la détester. Elle est avant tout différente de la légende tramée par son mari Léonard, qui se forgeait une carapace en projetant sur elle ses propres troubles.

Dans la ronde brillante et mouvementée de ceux qui l'entourent au long de sa vie, chacun révèle des secrets, des masques jusqu'ici négligés. Surtout, jaillit à vif, à nu, dans la plénitude ou dans les affres, une femme apte à étreindre le monde, dont elle guette le vrai langage et les silences.

Une femme qui eut à subir son génie, à s'efforcer de le faire accepter par les siens. Une femme qui aura pu dire: "Je sens dans mes doigts le poids de chaque mot", avant de répondre à "l'étreinte" promise par la mort en allant se noyer, les poches pleines de pierres, dans la rivière Ouse.

Un suicide dont on découvrira certaines raisons passées inaperçues.

Le mot de la blogueuse : "Ici la biographe « casse » l’image que l’on peut avoir du couple, du tempérament de chacun, de ses réactions et comment Leonard à soumis son épouse, les blessures morales ou psychologiques infligées à celle-ci et comment l’image que l’on attribue à cette écrivaine peut être tout autre, surtout quand on évoque ses amitiés et sa vie au sein de groupe de Bloomsbury."

 

Depuis quelque temps déjà, je connais la passion de Mumu dans le bocage pour Virginia Woolf. Avec ce livre qu'elle a partiellement apprécié, la blogueuse à découverte des facettes de l'auteure féministe qu'elle ignorait, mais surtout la relation parfois malsaine du couple qu'elle formait avec son époux Leonard. 

💡 Lien vers le blog Mumu dans le bocage

L'homme préhistorique est aussi une femme, Marylène Patou-Mathis (éd. Allary)

" Non, les femmes préhistoriques ne consacraient pas tout leur temps à balayer la grotte et à garder les enfants en attendant que les hommes reviennent de la chasse. Les imaginer réduites à un rôle domestique et à un statut de mères relève du préjugé. Elles aussi poursuivaient les grands mammifères, fabriquaient des outils et des parures, construisaient les habitats, exploraient des formes d'expression symbolique. Aucune donnée archéologique ne prouve que, dans les sociétés les plus anciennes, certaines activités leur étaient interdites, qu'elles étaient considérées comme inférieures et subordonnées aux hommes. Cette vision de la préhistoire procède des a priori des fondateurs de cette discipline qui naît au XIXe siècle. Il est temps de poser un autre regard sur l'histoire de l'évolution et de déconstruire les processus qui ont invisibilisé les femmes à travers les siècles. " M.P.M.

S'appuyant sur les dernières découvertes en préhistoire et l'analyse des idées reçues que véhicule, jusqu'à notre époque, la littérature savante, cet essai pose les bases d'une autre histoire des femmes, débarrassée des préjugés sexistes, plus proche de la réalité.

Le mot du blogueur"(...) je conseille la lecture de ce livre, érudit et bien documenté, qui permet d’ouvrir certaines portes et de faire avancer la cause. Quand l’Histoire remet les femmes à leurs véritables places !"

 

Ayant entendu parler de ce livre, je suis ravie de le voir commenté par Anthony, rédacteur du blog Les livres de k79. Apprécié dans son ensemble malgré son unilatéralité l'essai est, selon le blogueur, "érudit et bien documenté" et " permet d'ouvrir certaines portes et de faire avancer la cause". 

💡 Pour découvrir Les livres de k79, c'est ici... 

J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle, Jo Witek (éd. Actes Sud Junior)

En rentrant du collège pour les vacances scolaires, Efi est convaincue qu'elle est une ado comme les autres et qu'à quatorze ans le monde lui appartient. Elle regagne son village, fière d'un carnet de notes exemplaire. Mais cela ne compte plus pour les siens. Elle est une fille nubile à présent, c'est-à-dire : bonne à marier.
Plus de liberté, plus d'horizons, plus de livres ni de balades avec les copines. Son avenir est désormais entre les mains d'un père, puis celles du mari qu'on lui a choisi. Elle est devenue une marchandise, un cadeau que s'offrent les familles. Arrachée à l'enfance, ses rêves piétinés, Efi entre dans l'enfer du mariage forcé. Son destin serait-il au XXI° siècle de vivre à jamais en servante emprisonnée ?
Le portrait touchant d'une adolescente rebelle qui incarne la voix de millions de jeunes filles opprimés, et le combat contre l'archaïsme.


Le mot de la blogueuse : "Ce roman m’a passionnée. Le sujet, actuel et peu traité, m’a beaucoup intéressée. Il se lit très vite car on est totalement happé par l’histoire avec l’espoir qu’Efi s’en sorte."

La rédactrice d'Au fil des livres prêtant sa page à Fantine, 14 ans, j'ai d'autant plus été touché et attiré par ses mots pré-adolescents. Tandis que notre blogueuse du jour a le même âge que l'héroïne du roman, son regard en dit long sur l'avenir féministe qui nous anime. La relève est assurée ! 

💡 Lien vers ce chouette article d'Au fil des livres

Bonus

Découvert il y a quelques mois, j'aimerais vous dévoiler le très intéressant et pertinent blog féministe Fury & fracas.

Avec pour avant-propos "bienvenue sur le blog d’une féministe lesbienne, radicale et en colère" qui donne le ton, la blogueuse use aussi bien d'humour que de colère. Partageant ses conseils lecturespodcasts, films, séries et documentaires, le blog ouvre le champ des possibilités féministes

Ainsi, il me fallait absolument partager auprès de vous deux articles (parmi tant d'autres) qui ont su faire écho à mon âme féministe. Tout d'abord, Merci de ne pas toucher, une mini-série documentaire Arte (Arte mon amour !) "qui offre un regard féministe et queer sur les œuvres d'art". Tombée par hasard sur le programme il y a quelques jours, je confirme les propos de notre blogueuse :

"Le format de 4 minutes peut paraître court au premier abord, mais il reste efficace ! Hortense Belhôte narre avec punch et ironie le contexte de chaque tableau : les personnages mis en scène, le peintre lui même, la morale et les codes de l’époque… Tout y passe, c’est brillant et instructif !"

Ensuite Framing Britney, documentaire choc disponible sur la plateforme Hulu et FX, expliquant "la mise en place de la machine misogyne" dont la chanteuse a été l'objet (et reste toujours d'ailleurs...). Du traitement des médias à son encontre, à la mise sous tutelle gérée par son père, le documentaire décortique le mécanisme afin, non pas d'expliquer le comportement d'une femme, mais dénoncer le harcèlement et la campagne de dénigrement dont elle est victime. 

"Ecrire cette chronique me met tellement en colère. Tous les mécanismes misogynes qui se sont progressivement mis en place autour de Britney Spears sont insidieux et illustrent parfaitement le déchaînement de violence qui peut être fait contre les femmes.
Elle a été jugée et déclarée folle par un groupe d’hommes, juste parce qu’elle savait ce qu’elle voulait et ne le cachait pas."

 

 

Un article de la blogosphère t'a convaincu ? Envie de partager tes coups de cœur ? N'hésitez pas à commenter cette chronique et t'abonner à la newsletter pour connaître tous mes coups de cœur littéraires ! 

A bientôt pour un nouveau billet livresque et n'oublie pas, un livre, une gourmandise !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Hello,
Merci pour cet article qui permet de découvrir féministes sur des thématiques différentes. Je suis particulièrement intéressée par l'homme préhistorique est aussi une femme. La place de la femme dans l'histoire est un vaste sujet.
Répondre
L
Avec grand plaisir ! Effectivement, ce livre est séduisant de par son thème. J'ai beaucoup aimé la façon dont le blogueur en parle, il m'a totalement convaincu, et je ne suis pas la seule apparemment... ;-) N'hésite pas à me faire un retour si tu le lis ! Un conseil lecture à me conseiller de ton côté ?